Comment la prise en charge psychologique peut-elle aider les patients atteints de maladies chroniques dégénératives?

mars 10, 2024

Vivre avec une maladie chronique dégénérative, c’est un peu comme naviguer dans une mer agitée. Il y a des jours calmes, mais aussi des tempêtes imprévisibles, des vagues de douleurs et un horizon incertain. Et comme si cela ne suffisait pas, ces maladies ont aussi un impact sur le moral, l’identité et la qualité de la vie de la personne affectée. C’est dans ce contexte que la prise en charge psychologique intervient. Voici comment.

La maladie chronique dégénérative : un combat quotidien

Lorsqu’une personne est diagnostiquée atteinte d’une maladie chronique dégénérative, c’est tout son univers qui bascule. Qui dit "chronique", dit long terme. Qui dit "dégénérative", dit progression inéluctable. Les maladies comme Alzheimer ou d’autres formes de démence, par exemple, sont de celles qui changent radicalement la vie du patient et de ses proches.

A lire également : Comment les avancées en immunothérapie révolutionnent-elles le traitement du mélanome métastatique?

Le malade se retrouve confronté à l’idée de perdre progressivement ses capacités, son autonomie et parfois même, sa dignité. Il est fréquent de voir ces personnes traverser des états de colère, de déni, de tristesse, avant de parvenir à accepter leur situation. Pourtant, entre l’annonce du diagnostic et l’acceptation de la maladie, le chemin est souvent long et semé d’embûches.

L’importance de la prise en charge psychologique

Il est donc essentiel que le patient puisse bénéficier d’un soutien psychologique adapté. Ce suivi permet non seulement d’accompagner la personne dans l’acceptation de sa maladie, mais aussi de travailler sur l’image qu’elle a d’elle-même, sur la peur de l’avenir, et sur les difficultés quotidiennes liées à la gestion des symptômes.

A lire en complément : Quel est le rôle de la vitamine C dans la prévention du vieillissement cutané?

La prise en charge psychologique peut également aider le patient à mieux comprendre sa maladie, ses implications et les stratégies à mettre en place pour en minimiser les effets. Elle peut l’aider à reprendre le contrôle sur sa vie, à retrouver un sentiment de normalité et à vivre avec sa maladie plutôt que contre elle.

Le rôle des aidants dans la prise en charge

Les aidants ont également un rôle important à jouer dans la prise en charge psychologique du patient. S’ils sont souvent dévoués et présents au quotidien, ils peuvent parfois se sentir démunis face à l’évolution de la maladie et aux troubles du comportement associés.

Heureusement, des formations et des groupes de soutien existent pour aider les aidants à mieux comprendre la maladie, à développer des stratégies d’intervention efficaces et à maintenir une bonne santé mentale. Car il ne faut pas oublier que les aidants sont aussi touchés par la maladie à leur manière, et qu’ils ont eux aussi besoin d’être soutenus.

Les soins à domicile : une solution à envisager

De plus en plus, les soins à domicile apparaissent comme une solution intéressante pour les personnes atteintes de maladies chroniques dégénératives. Ce mode de prise en charge permet de maintenir le patient dans son environnement familier, ce qui peut être rassurant et apaisant.

De nombreux professionnels de la santé peuvent intervenir à domicile et proposer des soins adaptés à la situation du patient. Parmi eux, les psychologues, qui peuvent aider le patient à travailler sur ses peurs, ses inquiétudes et ses difficultés, tout en soutenant les aidants dans leur rôle.

Vivre avec une maladie chronique dégénérative est un défi, mais avec un soutien adapté, il est possible d’améliorer la qualité de vie du patient et de ses proches. La prise en charge psychologique est une clé importante de ce processus.

Favoriser l’activité physique pour renforcer le bien-être psychologique

Lorsqu’on parle de maladies dégénératives, le premier aspect évoqué est souvent la baisse progressive des capacités physiques. Pourtant, l’activité physique peut jouer un rôle crucial dans la prise en charge psychologique des patients atteints de ces affections. Par exemple, chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, l’activité physique régulière a démontré des effets bénéfiques tant sur le plan de la mobilité que sur celui de l’humeur.

Il est prouvé que l’activité physique peut aider à améliorer l’humeur, réduire l’anxiété et améliorer la qualité de sommeil chez les personnes souffrant de maladies neurodégénératives. Cela s’explique par la libération d’endorphines, hormones du bien-être, lors de l’exercice. De plus, maintenir une certaine forme de mobilité permet de lutter contre la perte d’autonomie et de conserver une certaine indépendance.

Toutefois, il est important de noter que toute activité physique doit être adaptée à la situation de la personne malade. Il est souvent recommandé de faire appel à un professionnel, tel qu’un kinésithérapeute, pour établir un programme d’exercices adapté et sécuritaire. De plus, le soutien de la famille et des amis peut être un facteur de motivation important pour le patient.

La sécurité sociale et l’assurance maladie face aux maladies chroniques dégénératives

Face à une maladie chronique dégénérative, les enjeux financiers sont souvent une source supplémentaire de stress pour le patient et sa famille. Heureusement, de nombreux dispositifs sont mis en place par la sécurité sociale et l’assurance maladie pour aider à couvrir les frais liés à la maladie.

Tout d’abord, la reconnaissance de la maladie en tant qu’Affection Longue Durée (ALD) permet d’exonérer le patient du ticket modérateur sur l’ensemble des soins liés à sa maladie. De plus, l’aide à domicile, les soins médicaux, ainsi que les consultations chez le psychologue peuvent être pris en charge à 100% dans le cadre d’une ALD.

Par ailleurs, face à une situation de handicap liée à une maladie dégénérative comme Alzheimer ou la sclérose en plaques, des aides peuvent être accordées pour l’aménagement du domicile, l’achat de matériel médical spécifique ou encore le recours à un aidant familial. Des dispositifs comme la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) peuvent être sollicités pour aider à financer ces besoins spécifiques.

Il est donc primordial de se renseigner et d’entreprendre les démarches nécessaires pour bénéficier de ces aides. Les travailleurs sociaux des hôpitaux ou des centres de santé peuvent être d’une aide précieuse pour accompagner les patients et leurs familles dans ces démarches.

Conclusion

Vivre avec une maladie dégénérative chronique peut être un véritable défi, mais il est important de se rappeler que les patients ne sont pas seuls. Qu’il s’agisse de l’aide des professionnels de santé, du soutien des proches, de l’activité physique adaptée ou des aides financières offertes par l’assurance maladie et la sécurité sociale, de nombreuses ressources sont disponibles pour aider les patients à maintenir une qualité de vie aussi élevée que possible. La prise en charge psychologique est un pilier essentiel de ce dispositif d’accompagnement. Face à une maladie dégénérative, chaque effort compte et chaque victoire, aussi petite soit-elle, est une étape importante dans le voyage.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés